Étiquettes

, ,


Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes

Du 01 juin au 06 octobre 2019

L’exposition « Ermenonville, domaine des rêveurs et des poètes » au musée Jean-Jacques Rousseau à Montmorency présente l’histoire de ce lieu d’exception, du 18esiècle à nos jours. Un parcours thématique, enrichi par le prêt d’œuvres de l’abbaye de Chaalis et de l’artiste contemporaine Agnieszka Kozlowska, dévoile des œuvres uniques de la collection

 

 

 

Venez découvrir la dernière partie de la vie de Jean-Jacques Rousseau au musée. Une exposition sur le philosophe à Ermenonville (Oise) lui est consacrée à Montmorency (Val-d’Oise).

par Fabrice Cahen Publié le 28 Juil 19 à 9:04

Venez découvrir la dernière partie de la vie de Jean-Jacques Rousseau au musée. Une exposition sur le philosophe à Ermenonville (Oise) lui est consacrée.

Le thème de cette nouvelle exposition est le fruit d’une réflexion commune entre Christiane Oillic, directrice des affaires culturelles de la Ville de Montmorency et les deux commissaires d’exposition : Laurine Perreau, régisseuse des collections au musée et Louise Roger-Estrade, coordinatrice jusqu’en janvier 2019 et l’arrivée de Solveig Pigearias, pour lui succéder.

Inspiré par Rousseau

Elle est constituée de pièces sorties des réserves du musée et de deux prêts de l’abbaye de Chaalis (Oise). Elle a pour but d’exposer la présence du philosophe qui séjourna à Montmorency, avant de s’exiler puis de venir passer les derniers moments de sa vie à Ermenonville, dans la propriété du marquis de Girardin, qui s’est inspiré de l’ouvrage Julie ou la Nouvelle Éloïse pour dessiner le parc et les jardins de son domaine.

L’écrivain s’installe, le 20 mai 1778, dans un espace qui lui correspond.

« La nature libre en harmonie avec l’homme et où les besoins sont proportionnés aux richesses, telle est la conception de l’espace pour Jean-Jacques Rousseau », souligne Laurine Perreau.

Le jardin rousseauiste a ainsi précédé la venue de son inspirateur.

« Il reflète la conception naturelle de l’espace végétalisé par l’homme à travers les trois préceptes retenus par Rousseau dans son ouvrage : l’abondance de la végétation et de l’eau et la présence d’animaux sauvages », détaille la guide de l’exposition.

Avant le Panthéon

L’exposition montre les différents aménagements du parc d’Ermenonville à travers des gravures, dessins, peintures, extraits d’herbier et d’ouvrages évoquant Rousseau à Ermenonville.

Rousseau aimera l’endroit et notamment une maisonnette, qui deviendra la cabane du philosophe.

« Il passera son temps à herboriser et à partager sa passion pour la botanique avec les enfants du marquis. C’est probablement là que l’écrivain a rédigé les deux derniers passages du Promeneur solitaire », raconte Laurine Perreau.

C’est dans cette propriété qu’il décédera, le 2 juillet 1778. Son corps sera placé dans un sarcophage érigé sur une île artificielle, jusqu’à la Révolution, époque où il sera transféré au Panthéon, non sans une opposition du marquis de Girardin, qui finira par céder, pour sauver sa tête de noble. Des fragments, supposés, du sarcophage de Rousseau sont aussi visibles dans cette exposition.

Le public peut voir l’exposition jusqu’au 6 octobre, du mardi au dimanche, de 14h à 18h à la Maison du Mont-Louis. Le billet d’entrée inclut la visite libre de l’exposition, mais aussi la visite guidée des collections permanentes, à savoir la maison de Jean-Jacques Rousseau, ainsi que la visite du jardin, libre ou avec un audioguide. Renseignements : 01 39 64 80 13

 

 

 

 

 

Publicités