Un Musée – qui vit à l’instar de son résident …

Étiquettes

, ,

Tous les sentiments que nous dominons sont légitimes, tous ceux qui nous dominent sont criminels.
Jean-Jacques Rousseau ; Émile, ou De l’éducation (1762)

Parmi les candidats aux élections municipales à Montmorency, un prétendant – pourtant très connaisseur de toutes les composantes du Musée Jean Jacques Rousseau ,  énonce cet engagement dans son programme:

 

 

Redonner vie …

le musée serait il mort ?

Lire la suite

Jean-Jacques vu par Rousseau

Étiquettes

, , , ,

Une réalisation théâtrale adaptée par Xavier Marcheschi 

Mise en scene Marjorie Nakache
Avec Jamila Aznague, Gabrielle Cohen, Charles Leplomb, Xavier Marcheschi et Laurent Prache

Une représentation théâtrale digne de jean Jacques Rousseau, dans ses pensées, dans ses écrits, dans sa position sur la société, l’éducation.

Lire la suite

JEAN-JACQUES VU PAR ROUSSEAU

Étiquettes

JEAN-JACQUES VU PAR ROUSSEAU
Vendredi 28 février 2020 à 20H30

Au Studio Théâtre de Stains

Par Xavier Marcheschi

Illustration: Christian Tiffet

Ce ne sont pas nous qui allons vers les auteurs et leurs ouvrages mais l’inverse. Et un jour, le livre est dans vos mains. Les mots semblent avoir été écrits la veille. Nous vous proposons de partir à la re-découverte de Rousseau en dialoguant ensemble à partir d’extraits de ses œuvres les plus célèbres.

Vendredi 28 février 2020 à 20H30
Entrée libre – Sur réservation
Informations et réservation : par téléphone au 01 48 23 06 61 par mail à contact@studiotheatrestains.fr

Studio Théâtre de Stains
19, rue Carnot – 93240 STAINS
Métro Ligne 13 (St Denis Université) // RER B (La Courneuve) // RER D (Pierrefitte-Stains)
Bus : 150, 252, 255 (arrêt Mairie de Stains)

Jean-Jacques ROUSSEAU et l’APOCOLOQUINTOSE

Claude, un empereur au destin singulier – Exposition au musée des Beaux-Arts de Lyon – 2018

Il faut tuer son ennemi une deuxième fois.

Jean-Jacques Rousseau, célèbre du jour au lendemain par son Discours sur les sciences et les arts, a permis qu’on le vît un an plus tard, en 1751, ayant abandonné ses enfants aux Enfants-Trouvés.

Pouvait-il resurgir comme philosophe moraliste après avoir donné l’image d’un pédagogue incapable d’assumer ses propres enfants et qu’on l’eut résumé à ce « méfait »?

En 1758, Jean-Jacques Rousseau est « destiné à être mécompris». Il est malade et pense sa fin proche. Il signe, le 8 mars, un acte devant notaire reconnaissant à sa « domestique » Thérèse une dette de mille neuf cent cinquante livres de gages pour treize années de service. Cette année est aussi celle de l’achèvement de sa liaison avec Sophie d’Houdetot en qui il a vu la Julie de la « Nouvelle Héloïse ». Rousseau ajoute, à toutes ces mauvaises fortunes, une série de querelles personnelles qui l’opposent à d’Alembert et Diderot, alors qu’il vient de collaborer avec eux à la rédaction de l’Encyclopédie. A ces préoccupations on peut aussi, en arrière fond, ajouter qu’il conjugue avec Voltaire une réflexion générale sur la mort et le destin des morts à la suite du tremblement de terre de Lisbonne en novembre 1755 et des défaites de la guerre de Sept Ans.

Désormais, dans l’impossibilité de se fier à quiconque, Rousseau s’éloigne de tout ce qui risque de prolonger ses souffrances morales. …..

Lire la suite (ici)

Avec nos remerciements à Messieurs Pierre-François Puech et Bernard Puech