JEAN-JACQUES VU PAR ROUSSEAU

Étiquettes

JEAN-JACQUES VU PAR ROUSSEAU
Vendredi 28 février 2020 à 20H30

Au Studio Théâtre de Stains

Par Xavier Marcheschi

Illustration: Christian Tiffet

Ce ne sont pas nous qui allons vers les auteurs et leurs ouvrages mais l’inverse. Et un jour, le livre est dans vos mains. Les mots semblent avoir été écrits la veille. Nous vous proposons de partir à la re-découverte de Rousseau en dialoguant ensemble à partir d’extraits de ses œuvres les plus célèbres.

Vendredi 28 février 2020 à 20H30
Entrée libre – Sur réservation
Informations et réservation : par téléphone au 01 48 23 06 61 par mail à contact@studiotheatrestains.fr

Studio Théâtre de Stains
19, rue Carnot – 93240 STAINS
Métro Ligne 13 (St Denis Université) // RER B (La Courneuve) // RER D (Pierrefitte-Stains)
Bus : 150, 252, 255 (arrêt Mairie de Stains)

Jean-Jacques ROUSSEAU et l’APOCOLOQUINTOSE

Claude, un empereur au destin singulier – Exposition au musée des Beaux-Arts de Lyon – 2018

Il faut tuer son ennemi une deuxième fois.

Jean-Jacques Rousseau, célèbre du jour au lendemain par son Discours sur les sciences et les arts, a permis qu’on le vît un an plus tard, en 1751, ayant abandonné ses enfants aux Enfants-Trouvés.

Pouvait-il resurgir comme philosophe moraliste après avoir donné l’image d’un pédagogue incapable d’assumer ses propres enfants et qu’on l’eut résumé à ce « méfait »?

En 1758, Jean-Jacques Rousseau est « destiné à être mécompris». Il est malade et pense sa fin proche. Il signe, le 8 mars, un acte devant notaire reconnaissant à sa « domestique » Thérèse une dette de mille neuf cent cinquante livres de gages pour treize années de service. Cette année est aussi celle de l’achèvement de sa liaison avec Sophie d’Houdetot en qui il a vu la Julie de la « Nouvelle Héloïse ». Rousseau ajoute, à toutes ces mauvaises fortunes, une série de querelles personnelles qui l’opposent à d’Alembert et Diderot, alors qu’il vient de collaborer avec eux à la rédaction de l’Encyclopédie. A ces préoccupations on peut aussi, en arrière fond, ajouter qu’il conjugue avec Voltaire une réflexion générale sur la mort et le destin des morts à la suite du tremblement de terre de Lisbonne en novembre 1755 et des défaites de la guerre de Sept Ans.

Désormais, dans l’impossibilité de se fier à quiconque, Rousseau s’éloigne de tout ce qui risque de prolonger ses souffrances morales. …..

Lire la suite (ici)

Avec nos remerciements à Messieurs Pierre-François Puech et Bernard Puech

Rousseau : la liberté comme principe

Étiquettes

, ,

 

 « Quiconque refusera d’obéir à la volonté générale y sera contraint par tout le corps ; ce qui ne signifie autre chose sinon qu’on le forcera d’être libre. »

Sa vie illustre les difficultés qu’il éprouva à se vouloir indépendant et libre. Il fut exclu de Genève, converti au catholicisme, humble précepteur au service de grandes familles. Monté à Paris pour triompher grâce à un système de notation musicale, il subit l’hostilité du milieu académique. Devenu secrétaire de l’ambassadeur de France à Venise, il fut l’objet de constantes humiliations.

A Paris, tout en collaborant à l’ Encyclopédie , il devint son caissier malgré sa volonté d’indépendance. Il refusa une pension royale, récompense du succès de son opéra  Le Devin du village , prit ses distances avec les encyclopédistes, s’installa à la campagne et se fit copiste de musique.

Ses ouvrages, Du contrat social, Émile , furent interdits en France et condamnés à Genève. Réfugié en Suisse, il fut attaqué par le procureur général Tronchin. Voltaire, dans  Le Sentiment des citoyens , le dénonça comme père indigne. Rousseau se crut alors victime d’un  « complot universel » . Il l’était peut-être. Enfin, il trouva la paix dans l’écriture solitaire des Rêveries du promeneur solitaire .

Rousseau pose la liberté comme un principe :  « L’homme est né libre et il est partout dans les fers. » Il définit la civilisation, le processus de socialisation comme autant d’atteintes à la liberté naturelle. L’ordre légal lui apparaît comme une aliénation acceptée des plus démunis – Barrès y verra la preuve de son anarchisme.

Le « Contrat Social » s’efforce de préserver la liberté des contractants par l’exercice de la volonté générale. Certains, pensant que cette conciliation est illusoire, ont accusé Rousseau d’être l’inspirateur des régimes totalitaires.

L’Émile , la quête de sa singularité dans les  Confessions s’inspirent d’une même volonté de livrer sa vérité sur soi, de penser librement sa relation à la divinité, de se préparer à vivre en homme libre.

La liberté est chez Rousseau un droit et un devoir. C’est dire et la complexité de sa réflexion et notre dette envers lui.

 

1801 : Un écart du premier Consul envers Jean Jacques Rousseau !

Étiquettes

, , ,


BONAPARTE se rendait à Mortefontaine chez son frère Joseph. Il s’y délassait en chassant le lapin … mais, jamais en repos, y songeait aussi à son destin, puisqu’il y eut une entrevue décisive, préparatoire du 18 Brumaire.

A une de ces occasions (à la fin de l’été 1801), il visita Ermenonville, distant de moins de dix kilomètres.

C’est avec Stanislas de GIRARDIN qu’il eut la conversation célèbre autour du tombeau de ROUSSEAU, et non pas avec René de GIRARDIN comme on le lit parfois :
S’étant recueilli, BONAPARTE eut cette réflexion : 

 » Il aurait mieux valu pour le repos de la France, que cet homme n’eût pas existé …  »
 » Et pourquoi, citoyen Consul ?  » lui dit Stanislas
 » C’est lui qui a préparé la Révolution française.  »
 » Je croyais, citoyen Consul, que ce n’était pas à vous de vous plaindre de la Révolution  »
 » Eh bien ! l’avenir apprendra s’il n’eût pas mieux valu, pour le repos de la Terre, que ni ROUSSEAU ni moi n’eussions jamais existé.  » conclut BONAPARTE.

Avec son réalisme et son parler sans excès de formes, le Premier consul qualifia en outre le marquis de « foutu original ».

(source : Mémoires de Stanislas)

Meilleurs Voeux pour 2020

Étiquettes

, ,

Crédit Photo Christian DIDIER  – Toutes reproductions interdites.

Chèr(e)s ami(e)s, 

Au nom de la Société Internationale des Amis du Musée Jean Jacques Rousseau (Montmorency), je vous présente tous nos meilleurs vœux pour cette nouvelle année.     

 A très bientôt,

                                                                                             Christian DIDIER       Président