Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître

Le plus fort n’est jamais assez fort pour être toujours le maître, s’il ne transforme sa force en droit et l’obéissance en devoir. De là le droit du plus fort ; droit pris ironiquement en apparence, et réellement établi en principe. Mais ne nous expliquera-t-on jamais ce mot ? La force est une puissance physique ; je ne vois point quelle moralité peut résulter de ses effets. Céder à la force est un acte de nécessité, non de volonté ; c’est tout au plus un acte de prudence. En quel sens pourrace être un devoir ? Supposons un moment ce prétendu droit. Je dis qu’il n’en résulte qu’un galimatias inexplicable. Car sitôt que c’est la force qui fait le droit, l’effet change avec la cause ; toute force qui surmonte la première succède à son droit. Sitôt qu’on peut désobéir impunément on le peut légitimement, et puisque le plus fort a toujours raison, il ne s’agit que de faire en sorte qu’on soit le plus fort. Or qu’est-ce qu’un droit qui périt quand la force cesse ? S’il faut obéir par force on n’a pas besoin d’obéir par devoir, et si l’on n’est plus forcé d’obéir on n’y est plus obligé. On voit donc que ce mot de droit n’ajoute rien à la force ; il ne signifie ici rien du tout. Obéissez aux puissances. Si cela veut dire : cédez à la force, le précepte est bon, mais superflu, je réponds qu’il ne sera jamais violé. Toute puissance vient de Dieu, je l’avoue ; mais toute maladie en vient aussi. Est-ce à dire qu’il soit défendu d’appeler le médecin ? Qu’un brigand me surprenne au coin d’un bois : non seulement il faut par force donner la bourse, mais, quand je pourrois la soustraire, suisje en conscience obligé de la donner ? Car, enfin le pistolet qu’il tient est aussi une puissance. Convenons donc que force ne fait pas droit, et qu’on n’est obligé d’obéir qu’aux puissances légitimes. Ainsi ma question primitive revient toujours.

 

 

Du progrès à la perfectibilité de l’individu !

Étiquettes

, ,

Parmi les fondateurs des Lumières, plusieurs péchaient par un optimisme excessif.
L’un de leurs importants précurseurs, le poète anglais Milton, regrettait que l’humanité, se pliant aux diktats de la tradition, restât délibérément dans l’enfance, tel un écolier qui n’ose pas avancer sans les instructions de son maître. Il formulait l’espoir que, grâce au libre exercice de la raison, elle accéderait enfin à l’âge adulte.
Certains partisans des Lumières, tel Turgot, ont traduit cet espoir en une théorie quasi mécanique du progrès, non seulement celui des connaissances ou de la technique, mais aussi de l’esprit et des mœurs.
D’autres, Voltaire et d’Alembert, Lessing et Condorcet, ont été plus circonspects, mais ils n’ont pas moins cru que, grâce aux Lumières, l’humanité pourrait accéder à sa majorité, conséquence inévitable de la diffusion du savoir et de la culture.

Lire la suite

Placer l’enfant au cœur du processus éducatif !

Étiquettes

, , , ,

L’idée centrale sur laquelle repose la pédagogie de Jean-Jacques Rousseau.

Cette théorie pédagogique est décrite dans l’un de ses ouvrages les plus connus,

Emile, ou de l’Education (1762).

Cette ouvrage constitue un traité philosophique sur la nature de l’être humain et sur l’éducation de l’enfant.

En accord avec sa pensée politique et sociale, Rousseau apporte une grande contribution à la pédagogie avec sa pensée philosophique sur l’éducation. Ainsi, dans Emile, ou de l’Education, il propose une évolution naturelle de l’enfant et de l’homme. En effet, Rousseau pense que ces derniers sont nobles par nature. C’est la société qui les corrompt par la suite. Il parle donc de la nécessité d’éduquer l’enfant pour qu’il puisse faire face à ce type de société et s’y intégrer.

“La nature a fait l’homme heureux et bon, mais […] la société le déprave et le rend misérable.”

-Jean-Jacques Rousseau.

Une exposition au Musée de Montmorency : Emile ou de l’éducation: entre controverse et succès.

 

 

Nous vous attendons 

Reduction au prix catalogue durant les journées du patrimoine .

 

Au lieu de 27€  ….

20 € le volume 

 

Jean-Jacques Rousseau ce grand malade

Étiquettes

,

 

La maladie a tenu une place prépondérante dans la vie de Jean-Jacques Rousseau mais aussi dans ses écrits, poussant le philosophe à raconter dans les moindres détails ses symptômes et leurs traitements.

Pour certains, cette propension traduit le besoin d’être reconnu dans ses souffrances et de donner à ses détracteurs des explications sur certains de ses comportements. Ainsi, son fréquent besoin de sortir pour uriner l’aurait tenu écarté des salons parisiens, et l’aurait même empêché de se présenter devant le roi à Fontainebleau.

On le prétend cynique, hautain, voire calculateur ? Il répond que c’est la maladie qui le pousse à être ainsi. Et pourtant, il reconnaît : « Quand je suis malade, je suis têtu comme un âne, quand on m’offre un breuvage que je n’ai pas demandé, je le jette volontiers au nez de ceux qui l’apportent ».  Jean-Jacques Rousseau aurait bien souffert d’une maladie, la porphyrie aiguë intermittente.

Il s’agit d’une anomalie génétique qui se traduit par des troubles abdominaux et neuropsychiques qui surviennent entre vingt et quarante ans. Son cas a beaucoup intéressé les médecins, psychiatres et psychanalystes.

Comment pouvait-il en être autrement quand on lit les mots de Rousseau : « Je naquis infirme et malade ; je coûtais la vie à ma mère et ma naissance fut le premier de mes malheurs… ».

Communication : Salon International du Livre rare & de l’Objet d’art .

Étiquettes

, , ,

Bonjour,

Livre Rare Book vous invite à venir visiter le Salon International du Livre Rare & et de l’Objet d’art au Grand Palais, à Paris, du 18 au 20 septembre prochain.

Vous pouvez imprimer une invitation pour deux personnes ici.

Le savez-vous ?

Vous pouvez sur Livre Rare Book :

– enregistrer très simplement la liste des livres que vous recherchez désespérément ? Il vous suffit pour cela de lancer la/les recherches de ces livres et de cliquer ensuite sur l’étoile pour enregistrer cette recherche. Dès qu’un livre correspondant apparaîtra sur le site vous serez averti par e-maiL Le nombre de recherche n’est pas limité.

écrire à l’ensemble des libraires du site pour leurs demander des renseignements, proposer des ouvrages à la vente ou leur faire parvenir vos recherches.

télécharger gratuitement l’application « Caminha » qui vous permettra de gérer vos livres, provenance, classement, prix, estimation etc… etc…

– télécharger l’application « Livre Rare Book » pour chiner : sur Google Play ou App Store

Sur notre stand sous le Dôme au Grand Palais nous aurons le plaisir de discuter de tout cela !

Pour plus d’information sur le salon : https://www.salondulivrerare.paris

Contacter Livre Rare Book