Mots-clés

,


Jean-Jacques Rousseau est mort en 1778 dans sa maison d’Ermenonville
french-virtue-pays-homage-at-rousseau-s-tomb-ermenonville-tombeau-de-jean-jacques-rousseau-1866

Il n’a vécu qu’une quarantaine de jours à Ermenonville. Et pourtant, Jean-Jacques Rousseau a marqué le village. Tout cela grâce au marquis de Girardin lequel lui a proposé l’hospitalité en 1778. «

Jean-Jacques Rousseau cherchait à s’éloigner de la capitale car il jugeait la vie trop chère et la ville trop polluée », raconte Jean-Charles Morin, agent territorial du patrimoine au parc Jean-Jacques-Rousseau.Pour l’accueillir, René de Girardin lui fit construire un chalet.

Mais celui-ci n’étant pas terminé à son arrivée le 20 mai 1778, il offrit au philosophe, et à sa femme, un pavillon, rue Souville, près du château.René de Girardin était en admiration devant Jean-Jacques Rousseau. De 1763 à 1774, il a remanié un parc en s’inspirant de l’un de ses romans épistolaires

« La nouvelle Héloïse ». Il est d’ailleurs possible de visiter la partie sud de ce parc. Jean-Jacques Rousseau. (LP/D.P.) Jean-Jacques Rousseau est décédé le 2 juillet 1778 à son domicile.

« A sa demande, son corps a été autopsié. On a découvert huit onces de sérosité, ce qui signifie qu’il est probablement mort d’une attaque cérébrale, explique Jean-Charles Morin. Il a été enterré le 3 juillet, à minuit, sur l’île des peupliers.

Deux ans plus tard, son corps a été placé dans un nouveau tombeau réalisé par Jacques Philippe Lesueur. » Ses cendres ont été transférées au Panthéon en 1794.

Quant à la maison où il a vécu un mois et demi, elle a été détruite lors du Second Empire. Il ne reste aujourd’hui qu’un pan de mur qui rappelle la demeure provisoire du grand philosophe.

Publicités