Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,


A l’occasion du tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, les Presses Universitaires de Grenoble ( PUG) viennent de faire paraître :

L’avocat grenoblois qui lui servit de guide offre sa vision du séjour de Jean-Jacques Rousseau venu à Grenoble en 1768 sous le pseudonyme de Renou en raison des persécutions dont il était la cible. L’édition est enrichie d’une introduction et de notes qui replacent l’oeuvre dans son contexte et fournissent des informations sur Grenoble à cette période.

Présentation de l’éditeur

Le 11 juillet 1768, Jean-Jacques Rousseau, plus que jamais persécuté et cherchant un refuge au bout du monde, arriva à Grenoble. Il y demeura un mois, rencontrant les notables de la ville et s’y promenant en compagnie de l’avocat au Parlement,
Gaspard Bovier. Il cherchait la solitude et l’anonymat ; son hôte souhaitait le Paire connaître à toute la ville. L’irritation croissante de Rousseau devait se traduire par un passage plein d’humour des Rêveries : l’avocat Bovier y apparaissait comme
un « sot », suspect d’avoir laissé Rousseau s’empoisonner avec des baies sauvages. Ulcéré par l’image que les Rêveries donnaient de lui, image qu’il devait découvrir vingt ans plus
tard, l’avocat mit au net le journal de la visite de Rousseau à Grenoble, ce qui nous vaut un portrait étonnamment précis, souvent naïf mais très vivant, de Jean-Jacques au quotidien.
Ce minime incident éclaire en même temps d’un jour singulier un moment crucial de son existence. Cette édition, préparée par Catherine Coeuré et Jean Sgard, est enrichie d’une introduction et de notes qui replacent l’oeuvre dans son contexte, et éclairent le lecteur d’aujourd’hui sur le petit monde grenoblois découvert par Rousseau.

Biographie de l’auteur

Catherine Coeuré est maître de conférences (honoraire) à l’université Stendhal. Elle a enseigné la littérature Française des me et XXe siècles. Ses travaux portent essentiellement sur la caricature au XIXe et les relations entre la littérature et la
peinture du XVIIIe au XXIe siècle.
Jean Sgard est professeur émérite de l’université Stendhal à Grenoble. Il a consacré la
plus grande part de ses recherches au roman et à la presse périodique au XVIIIe siècle. Il est président d’honneur de la Société Française d’Etude du XVIIe siècle. Il a publié entre autres Prévost romancier.


Détails sur l’ouvrage produit

  • Broché: 128 pages
  • Editeur : PUG (9 février 2012)
  • Collection : HC HISTOIRE
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2706117060
  • ISBN-13: 978-2706117060
  • Prix:  19 € 

MAISON D’EDITION PUG  (PRESSES UNIVERSITAIRES DE GRENOBLE)

BP 1549 – 38025 Grenoble cedex 1
http://www.pug.fr
pug@pug.fr

Maison d’édition privée et indépendante créée en 1972, les PUG sont une société anonyme coopérative, les seules presses universitaires en France à se prévaloir d’un tel statut. 

Premier éditeur scientifique et universitaire de la région Rhône-Alpes, les PUG rassemblent des auteurs de la France entière, et même au-delà. Avec plus de 800 titres à leur catalogue général et 40 nouveautés par an, les PUG animent une trentaine de collections en sciences humaines et sociales (droit, économie, gestion, histoire, psychologie, sociologie, sciences politiques, etc). 

Elles participent au déploiement du français dans le monde grâce à leur catalogue de français langue étrangère.

Enfin, les PUG publient 3 revues spécialisées en marketing, psychologie, et finance :

– Revue Finance
– Recherche et applications en marketing (RAM)
– Revue internationale de psychologie sociale (RIPS)

 Les publications de PUG (Presses Universitaires de Grenoble)
Publicités